Notice: unserialize(): Error at offset 62 of 78 bytes in /var/aegir/platforms/europeanaregia_import/includes/bootstrap.inc on line 559 Call Stack: 0.0000 331704 1. {main}() /var/aegir/platforms/europeanaregia_import/index.php:0 0.0004 347320 2. drupal_bootstrap() /var/aegir/platforms/europeanaregia_import/index.php:20 0.0039 400436 3. _drupal_bootstrap() /var/aegir/platforms/europeanaregia_import/includes/bootstrap.inc:1113 0.0039 400980 4. variable_init() /var/aegir/platforms/europeanaregia_import/includes/bootstrap.inc:1170 0.0104 498920 5. unserialize() /var/aegir/platforms/europeanaregia_import/includes/bootstrap.inc:559 Notice: unserialize(): Error at offset 68 of 84 bytes in /var/aegir/platforms/europeanaregia_import/includes/bootstrap.inc on line 559 Call Stack: 0.0000 331704 1. {main}() /var/aegir/platforms/europeanaregia_import/index.php:0 0.0004 347320 2. drupal_bootstrap() /var/aegir/platforms/europeanaregia_import/index.php:20 0.0039 400436 3. _drupal_bootstrap() /var/aegir/platforms/europeanaregia_import/includes/bootstrap.inc:1113 0.0039 400980 4. variable_init() /var/aegir/platforms/europeanaregia_import/includes/bootstrap.inc:1170 0.0105 499060 5. unserialize() /var/aegir/platforms/europeanaregia_import/includes/bootstrap.inc:559 Notice: unserialize(): Error at offset 72 of 176 bytes in /var/aegir/platforms/europeanaregia_import/includes/bootstrap.inc on line 559 Call Stack: 0.0000 331704 1. {main}() /var/aegir/platforms/europeanaregia_import/index.php:0 0.0004 347320 2. drupal_bootstrap() /var/aegir/platforms/europeanaregia_import/index.php:20 0.0039 400436 3. _drupal_bootstrap() /var/aegir/platforms/europeanaregia_import/includes/bootstrap.inc:1113 0.0039 400980 4. variable_init() /var/aegir/platforms/europeanaregia_import/includes/bootstrap.inc:1170 0.0106 499280 5. unserialize() /var/aegir/platforms/europeanaregia_import/includes/bootstrap.inc:559 Notice: unserialize(): Error at offset 82 of 1718 bytes in /var/aegir/platforms/europeanaregia_import/includes/bootstrap.inc on line 559 Call Stack: 0.0000 331704 1. {main}() /var/aegir/platforms/europeanaregia_import/index.php:0 0.0004 347320 2. drupal_bootstrap() /var/aegir/platforms/europeanaregia_import/index.php:20 0.0039 400436 3. _drupal_bootstrap() /var/aegir/platforms/europeanaregia_import/includes/bootstrap.inc:1113 0.0039 400980 4. variable_init() /var/aegir/platforms/europeanaregia_import/includes/bootstrap.inc:1170 0.0106 500944 5. unserialize() /var/aegir/platforms/europeanaregia_import/includes/bootstrap.inc:559 Europeana Regia | La Librairie de Charles V et sa famille

La Librairie de Charles V et sa famille

La reconstitution d'un modèle des bibliothèques princières

« ... Est biau tresor a un roy avoir grant multitude de livres » (Songe du Vergier, Livre I, chapitre 34). Telle est la conclusion du débat mené dans l'entourage de Charles V et rapporté en 1378, dans le Songe du Vergier, sur la nécessité pour un roi de posséder une grande bibliothèque de livres anciens et nouveaux : « les livres sont un rempart contre la tyrannie ».

La Librairie que Charles V avait rassemblée et organisée dans la tour de la Fauconnerie au Louvre, n’est pas seulement une fabuleuse collection de livres – plus de 900 volumes en 1380 - à l’usage du roi et de ses conseillers. Elle est également - fait rarissime pour l’époque - une extraordinaire bibliothèque en français - près de 2500 textes - qui témoigne de sa promotion comme langue de savoir et de gouvernement. Marque de l’autorité royale, la Librairie du Louvre constitue une prérogative du roi de France : en ce sens, elle est déjà une bibliothèque d’Etat. La peinture frontispice de la traduction en français du Policraticus de Jean de Salisbury, où le sage roi est assis devant une roue à livres, en est la représentation symbolique (BNF, manuscrit Français 24287, f. 2).

Le souverain disposait également de petites bibliothèques dans ses différentes résidences, à l'Hotel Saint-Pol, Melun, Saint-Germain et surtout à Vincennes, dont le donjon abritait la réserve précieuse de la monarchie : une cinquantaine des plus beaux exemplaires pseudo-liturgiques, psautiers, livres d'heures…

Pour appréhender ce que fut la Librairie de Charles V, on dispose de deux types de source :

  • d'une part, une série de six inventaires rédigés en 1380, 1411, 1413 et 1424, qui fournissent des informations sur l'organisation topographique de la Bibliothèque, sur son contenu, sur la valeur marchande des livres,
  • d'autre part, au moins 120 manuscrits - le chiffre n'est pas définitif - conservés à ce jour dans une trentaine d'institutions à travers le monde, et qui se répartissent ainsi : 69 à la BNF, 7 dans les bibliothèques françaises et 44 à l'étranger. Un certain nombre d'entre eux ont fait l'objet des travaux de Léopold Delisle (Recherches sur la Librairie de Charles V, Paris 1907, 2 tomes), de François Avril (La Librairie de Charles V, exposition à la Bibliothèque nationale, 1968) ainsi que d'autres chercheurs.

Transmise à la mort de Charles V à son fils, Charles VI, la bibliothèque se « détériore » insensiblement ; elle sera vendue en 1424 au duc de Bedford, régent de France, lui-même bibliophile, pour une « bouchée de pain ». Le duc fait transférer la bibliothèque à Rouen. A sa mort, en 1435, elle est envoyée à Londres et dispersée.

Les moyens informatiques modernes permettent de reconstituer virtuellement cette première Bibliothèque Royale française sur le modèle de ce qu'elle était en 1380.

Trois manuscrits sont déjà accessibles intégralement sur le Web :

  • la version française du Miroir des dames de Durand de Champagne, dédié à Jeanne de Navarre, la femme de Philippe le Bel : manuscrit Corpus Christi College 324 de Cambridge
  • l'exemplaire des Miracles de Notre-Dame de Gautier de Coincy, peint par Pucelle pour Jeanne de Bourgogne, la femme de Philippe VI de Valois : manuscrit NAF 24541 de la BNF
  • un volume de la Cité de Dieu de saint Augustin, traduite par Raoul de Presles : manuscrit Typ 201 de la Houghton Library de Harvard

En mettant en œuvre la numérisation et le catalogage scientifique des 76 manuscrits des bibliothèques françaises, ainsi que des 10 manuscrits de la Bibliothèque royale de Belgique, auxquels s'ajouteront les 12 manuscrits identifiés à la British Library de Londres, le programme Europeana Regia permettra de reconstituer virtuellement la presque totalité (4/5) de cette prestigieuse bibliothèque.

Pour accompagner cet ensemble et rendre compte du rôle exemplaire que la Librairie du Louvre joua dans la naissance des bibliothèques princières et aristocratiques du XVe siècle, le programme Europeana Regia prévoit également la numérisation et le catalogage d'une soixantaine de manuscrits appartenant principalement aux collections de Louis d'Orléans et du duc Jean de Berry, bibliophiles émérites, qui jouèrent un rôle non négligeable dans la conduite des affaires royales à la fin du XIVe et au début du XVe siècle.

Librairie de Charles V et sa famille

Paris Bibliothèque nationale de France MSS Français 22913 - f. 1r.
Saint Augustin: La Cité de Dieu [De Civitate Dei] (Livres XI-XXII), traduction en français par Raoul de Presles
Paris Bibliothèque nationale de France MSS Français 22913
Paris Bibliothèque nationale de France MSS Français 176 - f. 1r.
Guillaume Durand: Rational des divins offices [Rationale divinorum officiorum], traduction en français par Jean Golein
Paris Bibliothèque nationale de France MSS Français 176
Paris Bibliothèque nationale de France MSS Français 495 - f. 1r.
Justinien: Digeste vielle, traduction anonyme en français
Paris Bibliothèque nationale de France MSS Français 495